Jean Luc Chimier mai 3, 2017 Aucun commentaire

Rappel de la situation

Accidents de la route : 3 461 décès en France en 2015, dont environ 483 sont des accidents du travail.

Première cause de mortalité au travail, le risque routier est un risque professionnel à part entière. Nombreux sont les salariés à passer une partie importante de la journée au volant d’un véhicule, dans le cadre des missions qu’ils effectuent pour leur entreprise. La mission est une activité professionnelle, elle tombe donc sous le coup des articles L4121-1 et suivants du Code du travail, qui précisent les obligations de l’employeur en matière de santé et de sécurité.

Le risque routier est recensé dans le Document Unique d’évaluation des risques professionnels pour lesquels les employeurs doivent évaluer la gravité, leur probabilité de survenance, et mettre en place des actions qui minimisent leurs effets.

Faire prendre conscience

Les entreprises n’ont pas encore toutes pleinement pris conscience de ce risque et de leurs obligations en la matière. Il est important de rappeler qu’en cas d’accident de trajet ou d’accident de mission, la responsabilité du chef d’entreprise peut être engagée. Faute de prévention dans ce domaine, les risques sont bien sûr financiers, mais ils peuvent aussi être d’ordre pénal.

Par exemple, le téléphone au volant est un fléau trop négligé. La responsabilité des entreprises a déjà été mise en cause parce qu’un salarié, au téléphone avec son employeur, a eu un accident. Selon une étude réalisée par Prévention routière, 80% des conducteurs en mission professionnelle déclarent téléphoner au volant, un sur deux lire des SMS en conduisant et un sur trois quitter la route des yeux pour y répondre.

Le dirigeant de l’entreprise doit être à l’origine de la démarche de prévention : en plus des formations externes, il peut élaborer avec les salariés une charte des bonnes pratiques au volant ou adopter les récents outils de conduite connectée.

Accompagner l’entreprise

Trois solutions (document proposition de valeurs)

  1. Le kit de prévention adapté aux petites et moyennes flottes vous permet d’évaluer la qualité de gestion des risques automobiles de vos clients ou prospects.
    Le kit comprend un guide de bonnes pratiques concernant l’organisation des déplacements, le choix et l’entretien des véhicules, la gestion des compétences, le protocole de communication et le téléphone au volant… Il vous permet également de proposer des recommandations d’amélioration aux chefs d’entreprise et de les orienter vers des solutions telles que la mise en place de campagnes de sensibilisation auprès de leurs salariés. Dans le cadre de ce kit, Allianz a négocié un partenariat avec « Codes Rousseau » pour proposer aux chefs d’entreprise des accompagnements ciblés.
  2. Le management du risque routier destiné aux flottes importantes apte à réduire de manière durable le nombre d’accidents du travail sur la route.
    Ce dispositif comprend :
    – un diagnostic préalable d’évaluation des risques réalisé par les ingénieurs prévention Allianz
    – l’élaboration d’un plan de prévention adapté et concret (besoins, spécificités et problématiques de l’entreprise)
  3. Solution Coach prévention
    Pour les très grandes flottes, Allianz propose des animations de prévention routière à bord de l’Unité Mobile d’Intervention (UMI) pour aider ses grands clients à développer auprès de leurs collaborateurs une véritable culture de la prévention.

Inciter à déployer des mesures

Dans le cadre du kit prévention plusieurs solutions visant à réduire la sinistralité sont proposées par notre partenaire « Codes Rousseau » :

  • e-learning : formation en ligne destinée aux multi-sinistrés, avec un quizz final pour validation des acquis
  • entretiens post accidents
  • coaching en présentiel dans le véhicule des multi-accidentés, …

La prise de conscience du chef d’entreprise de l’importance du risque routier, son engagement à mieux le maîtriser et la communication qu’il impulse sont les facteurs clé du succès du plan de prévention des risques. Pour améliorer la gestion liée à la conduite, un employeur peut par exemple communiquer vers tous ses salariés, avec des informations et des bons conseils sur l’utilisation des véhicules, à tout moment. Avant les vacances, en accompagnement de la fiche de salaire, pourquoi ne pas rappeler toutes les règles à respecter avant un long trajet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.